Top
Image Alt

BOX DE FEVRIER – AVIS LECTURE

roman-coreen-ma-memoire-assassine

Ilona, l’une de nos lectrices a lu pour vous Ma mémoire assassine, livre de notre première box, voici son avis lecture :

Avis lecture d’Ilona

Bonjour toi !

Aujourd’hui, je reviens pour vous parler du livre reçu dans la toute première box Caro&Ma. C’est une box 100% coréenne qui contient un cosmétique, un accessoire, deux produits alimentaire et une surprise ! Pour en savoir plus, je te laisse aller jeter un coup d’œil à mon article “Présentation de la 1ère box de Caro&Ma”.

Cet article parlera donc du livre qu’ont choisi Caroline et Marie : Ma Mémoire Assassine de Kim Young-ha. Un livre qui m’a beaucoup touchée, et je peux d’ores et déjà vous dire que c’est un coup de cœur. Cela fait du bien après cinq mois d’arrêt complet de la lecture, avec l’impossibilité de me plonger dans un livre. De par son thème, le style particulier d’écriture que je n’ai pas l’habitude de rencontrer et sa longueur, j’ai pu sortir de cette panne de lecture.

Résumé :

Un ex-tueur en série décide de reprendre du service. Seul problème : il a soixante-douze ans et vient d’apprendre qu’il est atteint de la maladie d’Alzheimer.
Sous ses dehors de vieillard inoffensif, s’adonnant à ses heures perdues à la poésie et la philosophie, se cache un redoutable meurtrier qui a assassiné sans remords des dizaines de personnes. Aujourd’hui, il repart en chasse alors que rôde autour de sa maison un homme qui menace de s’en prendre à sa fille adoptive bien-aimée.
S’engage alors une course contre la montre : tuer avant d’oublier qui il est, avant que la maladie n’ait raison de lui, qu’il ne devienne prisonnier d’un temps sans passé ni futur.
Un étrange roman d’humour noir, dont l’héroïne n’est autre que la mémoire qui se dérobe et brouille les pistes, jusqu’à un dénouement proprement stupéfiant.

Avis lecture

Le style

On ne dirait pas comme cela, mais c’est un thriller haletant qui ne laisse pas la place à la certitude. Chaque page lue est un doute ou une interrogation qui se rajoute à notre liste.

La maladie d’Alzheimer est extrêmement bien décrite et développée dans ce récit. A tel point, que l’on ne se rend même plus compte de ce qui appartient à la réalité et de ce qui vient de cette maladie. C’est une vraie immersion dans la vie d’un malade, je ne m’attendais pas à être autant transportée.

Avant de parler un peu plus de l’intrigue et ce qui en découle, j’aimerai poser quelques mots sur le style d’écriture et la mise en page originale que je n’avais encore jamais vue. Je ne peux donc pas dire si cela vient du style de l’auteur ou si c’est classique en Corée. Le livre n’est pas divisé en chapitres mais en paragraphes. Aucun numéro, seulement des paragraphes plus ou moins long. Certains font seulement quelques lignes et d’autres une page ou deux. J’ai énormément aimé ce type de mise en page; Cela m’a vraiment permis de lire comme je le voulais, sans me sentir obligée de finir le chapitre comme je le faisais avant. C’est un style qui permet une lecture plus aérée et libre. J’apprécie grandement cette découverte ! On a l’impression d’avancer plus vite dans le livre, c’est beaucoup plus fluide.

L’histoire

Bien, maintenant parlons de l’histoire en elle-même. Malgré le côté très sombre du livre, il y a toujours une pointe d’humour qui fait sourire quand on s’y attend le moins. J’ai aussi beaucoup apprécié les petites pauses sagesses avec des poèmes ou des réflexions, cela aide à une lecture plus fluide. Malgré sa maladie, on ressent assez bien le côté sociopathe de Kim Byeong-su, à travers ses confessions. On comprend qu’il ne réfléchit pas comme nous et surtout qu’il ne ressent pas les sentiments comme nous. De plus, avec sa maladie, nous sommes incapables de savoir si ce qu’il se passe est vrai et résulte du caractère de Kim Byeong-su, ou bien si ça a été imaginé par lui, ce qui prolonge d’autant plus le suspense.

Kim-Byeong-su va se mettre en tête d’éliminer le tueur de la région en faisant sa connaissance tout à fait par hasard. Nuance, il a compris plutôt à qui il avait à faire à ce moment-là. Quand il s’est rendu compte qu’il s’intéressait un peu trop à sa fille adoptive, il a décidé de le tuer.

Malgré le thème peu joyeux, cela reste une histoire très touchante. Étrange vous aller me dire étant donné qu’on parle d’un ex-tueur en série. Mais Kim Byeong-su a réussi à me toucher. Pas pour ses meurtres passés, mais pour celui qu’il s’apprête à faire pour sauver la vie de la seule personne qu’il lui reste dans sa vie. De plus, le côté vieillard malade m’a également attendrie, on le suit dans l’avancée de sa maladie et c’est très déconcertant mais en même temps très instructif.

La fin

La fin est rondement menée également, on atteint le summum de la maladie et on arrive au dénouement final : aura-t-il réussi à tuer ce tueur ? C’est une fin qui m’a énormément surprise, le moins qu’on puisse dire c’est que je ne m’y attendais pas. D’un autre côté, étant donné la situation, c’est logique. Mais ayant été tout du long du point de vue de Kim Byeong-su, finir ainsi c’est magistral ! On comprend alors parfaitement, comme dit dans le résumé, que la vraie héroïne dans cette histoire reste sa mémoire.

Ps : j’ai découvert qu’il existait une adaptation cinématographique, si cela peut en intéresser certain(e)s.

Post a Comment